Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Nous sommes tous maliens !

S’il est une nation qui parle en ce moment à toute l’Afrique, c’est le Mali. S’il est un pays qui indique à l’Afrique le chemin de la liberté et de la dignité, c’est bien le Mali. S’il est un peuple qui doit inspirer toute l’Afrique, de par sa profondeur historique, sa capacité de résilience et sa détermination à la souveraineté, c’est encore le Mali.

Le Mali, c’est 1,241 million km² pour près de 25 millions d’habitants, un sous-sol d’une richesse inestimable avec de l’or dont le pays est le 4e plus gros producteur d’Afrique et l’un des plus importants au monde, mais c’est aussi la bauxite, le fer, le cuivre, le nickel, le phosphate, le manganèse, l’uranium, le lithium et bien d’autres ressources en abondance. Le Mali, c’est l’un des pays les plus riches au monde dont la population se trouve pourtant paradoxalement privée du bien-être qu’elles méritent du fait de l’accaparement de ses richesses par des prédateurs externes. On comprend aisément l’obsession française et occidentale à déstabiliser ce grand pays et à le maintenir dans l’instabilité depuis le coup d’Etat contre l’illustre Modibo Keita en 1968, qui donnera suite à plusieurs autres, tous fomentés de l’extérieur pour perpétuer l’instabilité et le pillage à ciel ouvert de cette grande nation. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu que la France débarque en 2013 avec sa mission Serval qui se mutera en Barkhane sous prétexte de combattre un terrorisme organisé et entretenu qui n’était que la conséquence directe de l’agression française en Lybie en 2011. Ces prétendues forces d’éradication du terrorisme se sont avérées être de véritables farces.

Exaspéré par cette hypocrisie manifeste, le peuple malien a décidé de prendre son destin en mains, tant il est apparu évident que les troupes militaires françaises et onusiennes en place étaient en réalité des armées d’occupation pour préserver les intérêts géostratégiques de l’occident au Sahel. La lucidité du vaillant peuple malien a alors mis à nu cet autre énorme mensonge comme seuls ont le secret ces imposteurs occidentaux. C’est ainsi que la mobilisation populaire du 5 juin 2020 à Bamako allait lancer le début de la révolution malienne. Le 18 août 2020, Ibrahim Boubakar Kéita cédait à la ténacité de la contestation populaire et rendait son tablier après sept années de présidence controversée dans ses relations obséquieuses avec la France. Le 20 janvier 2021, les populations maliennes vont demander le départ pur et simple de l’armée d’occupation française. La prise des rênes du pourvoir par le duo Assimi Goïta et Choguel Kokalla Maïga, respectivement Président et Premier Ministre du Gouvernement de Transition, va confirmer définitivement la marche du Mali vers la libération du joug colonial français. Prenant fait et cause pour leur peuple, ils n’ont pas manqué de dénoncer le jeu trouble de la France dont l’existence d’un agenda caché est apparu au grand jour. Le 25 septembre 2021, le Premier Ministre malien va donner une leçon de courage aux dirigeants fébriles africains, en pointant la responsabilité directe de la France dans la situation sécuritaire du Mali. Il dévoilera ensuite à d’autres occasions la violation délibérée des accords par la France, synonyme de duplicité et de connivence mal dissimulée avec les terroristes.

Au sujet des 58 soldats français morts au Mali brandis pour émouvoir l’opinion publique, nous rappelons à Monsieur Macron et ses copains de prédation que ces braves français dont nous déplorons non seulement la disparition tragique mais aussi l’instrumentalisation, ne sont pas morts pour le Mali mais pour les intérêts cupides de la France néocoloniale qui n’arrive pas à s’inventer un autre modèle de survie que celui de la spoliation de l’Afrique. A titre de rappel, ce sont des milliers de combattants africains qui sont morts pour libérer la France de l’Allemagne nazie, lors de la seconde guerre mondiale, et qui pourtant, n’ont reçu en retour de la France, que du mépris.

 

Le Mali est une grande nation ! Les maliens sont un grand peuple ! Le Mali a une histoire dont la richesse en enseignements et la valeur des Hommes ne peuvent que constituer le socle de la Renaissance Africaine. Le Mali, c’est la terre qui a vu naître au 12e siècle le légendaire Soundiata Keita, c’est aussi celle qui a vu la construction de l’une des premières universités au monde, celle de Tombouctou en 1325. C’est encore le pays de Mansa Musa, Empereur du Mali au 14e siècle, l’homme le plus riche de tous les temps selon le magazine spécialisé Forbes. Le Mali, c’est encore la Charte du Mandé dont la première version date de 1222 et représente le plus ancien document officiel des droits humains dont la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies n’est qu’une pâle copie. Le Mali et le peuple mandingue correspondent à l’une des plus anciennes mais aussi l’une des plus riches civilisations d’Afrique. Le Mali, c’est le pays de l’illustre Modibo Keïta, panafricaniste avant-gardiste, visionnaire et combattant pour la liberté du continent. En son temps, il avait déjà demandé à la France de retirer ses bases militaires du Mali et signé des accords de coopération militaire et économique avec la Russie. Depuis Modibo Keita, le Mali n’avait plus connu d’aussi braves dirigeants que le Colonel Assimi Goïta et Choguel Kokalla Maïga, valeureusement accompagnés des non moins illustres Sadio Camara, Abdoulaye Diop, Abdoulaye MAIGA, Ibrahim Ikassa MAIGA et tous les membres du Gouvernement qui font honneur au peuple malien et à l’Afrique. Ce sont de dignes fils d’Afrique que tout le continent se doit de soutenir. Ils ont posé des actes forts et courageux qui devraient servir d’exemple à nos dirigeants africains qui se laissent encore impressionner par les chantages d’une France en pleine décadence. Entre l’expulsion de l’Ambassadeur de France le 31 janvier 2022, la suspension définitive des instruments de propagande mensongère que sont France 24 et RFI et la décision le 2 mai de la même année de mettre fin aux accords militaires avec la France, force est de constater que le pouvoir malien est résolu à ne pas transiger avec sa souveraineté. En dépit de l’embargo inique infligé par la CEDEAO, pitoyable caisse de résonance de la France, le Gouvernement et le peuple maliens, unis et déterminés à défendre leur souveraineté, ont su résister et tourner au ridicule ces ennemis de l’intérieur qui n’ont eu d’autre choix que de lever ces sanctions dont ils ont été les premières victimes. La bêtise n’ayant pas de limite, le chantage qui consiste à exclure les dirigeants maliens actuels de la prochaine présidentielle ne saurait prospérer. On y voit clairement la main de la France qui tient à imposer une de ses marionnettes à la tête du Mali. Comme si l’Union Européenne pouvait exiger d’un de ses pays membres la liste des candidats à une présidentielle. Malheur à vous, dirigeants africains qui servez les intérêts de l’occident et perpétuez son hégémonie en Afrique. Parce que vous avez choisi de vendre vos âmes et de sacrifier vos peuples, vous n’échapperez pas à la colère des populations africaines plus que jamais déterminées et vous finirez, soyez-en rassurés, par le payer.

 

L’avenir de l’Afrique se joue actuellement au Mali. Tout africain digne se doit d’être attentif au déroulé des événements s’y déroulent et apporter son soutien aux dirigeants et au peuple maliens. Le temps de la France et de ses vassaux locaux est arrivé à son terme. Inéluctablement. Irréversiblement. La prétendue grande France qui n’existe que par le pillage des ressources africaines avec la complicité de ses valets internes peut commencer à compter les heures qui la séparent de la fin de ses illusions. A nos dirigeants fébriles et dociles de saisir le moment où jamais ils peuvent encore rattraper le train de la dignité qu’ils ont trop longtemps foulé aux pieds, au nom de leur allégeance coupable à l’oppresseur en chef.

 

Peuple malien, toute l’Afrique vous regarde !

Peuple malien ne baissez surtout pas la garde !

Hommes, femmes et enfants du Mali, résistez !

Le soleil de la dignité africaine se lève au Mali

L’horloge de la liberté du continent tourne actuellement au Mali

Peuple malien, tu es en train d’écrire l’histoire de l’Afrique nouvelle

Ta lutte est la nôtre, et à ce noble combat nous répondons à l’appel

Peuple malien, le destin de l’Afrique est entre tes mains !

Grâce à toi, la Renaissance Africaine, c’est pour demain

Ton courage, ta ferveur et ton patriotisme nous inspire

De ta révolution salutaire, toute l’Afrique respire

Peuple malien, tu es le dernier clou dans le cercueil de la Françafrique

Et de fait, nous serons affranchis de ce système inique

Si un seul cheveu d’un de tes valeureux dirigeants venait à tomber,

Du fait de notre ennemi commun, par ses méthodes éculées

Nous nous mobiliserons comme un seul Homme, comme jamais auparavant

Et lui infligerons une mémorable riposte, sans précédent

Peuple malien, reste vigilant et ne te laisse surtout pas distraire

Les relais intérieurs de nos ennemis sont à tes frontières

Ils se connaissent, nous les connaissons, et ils seront bientôt défaits

Ces misérables laquais de la France paieront leur traitrise sans délais

A tes côtés, peuple malien, nous sommes prêts à toute éventualité

Plus que jamais pour la liberté du continent, nous sommes déterminés

Grâce à ta détermination, nos martyrs, nous vengerons

La souveraineté ou la mort, nous vaincrons

Nous sommes tous maliens !

 

Paul ELLA,

Analyste Financier,

Directeur du Centre Africain de Recherche en Géostratégie

Email : [email protected]

Site web : www.african-revival.org

No Comments

Post a Comment