Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

*QUAND LES NOIRS SE BATTENT POUR SE FAIRE ACCEPTER*

Je suis toujours à la fois amusé et choqué quand j’entends des noirs dire qu’ils se battent pour se faire accepter. On l’entend souvent des noirs dans des sociétés occidentales. Et ensuite on considère comme une réussite, un sacre, lorsqu’enfin on se sent reconnus parce qu’admis dans un cercle qui autrefois était considéré comme la chasse gardée des “blancs”. On entend alors dire “c’est la première femme noire” ou “c’est le premier homme noir” à avoir fait ci où ça, et les réalisateurs de ces “prouesses” s’en réjouissent. Et on est alors conséquemment reconnaissants aux peaux claires divinement élues pour décider de qui avait droit à leurs privilèges. C’est assez déplorable de faire le jeu de la discrimination, fut-elle “positive”. C’est totalement ridicule, cette considération complice et coupable de demander à être considéré sur la base de critères, de codes et d’échelles de “valeurs” conçus, pensés et définis par d’autres, conformément à leurs réalités et aspirations propres.
On observe donc des africains et afrodescendants s’obstiner à ressembler à ceux qui se sont auto érigés en modèles et symboles d’une norme qu’ils ont imposée comme universelle. Céder à ce chantage conceptuel s’explique par une vacuité du socle identitaire. L’authenticité ne peut céder au prétexte de l’universalité, surtout quand cette dernière est définie selon l’arrogance d’un l’impérialisme hégémonique mal dissimulé. Et puis, qui définit et en vertu de quoi les concepts et les codes? Qui définit leur caractère universel qui devrait s’imposer à tous sans considération des réalités historiques,, culturelles et contextuelles spécifiques ?
Les peuples noirs, où qu’ils se trouvent n’ont pas à se soumettre aux injonctions et impératifs aux relents capitalistes venus d’ailleurs, ni aux sirènes de l’assimilation. C’est un grotesque mensonge, bien que prospère, que de faire croire que l’identification à l’autre constitue l’ultime gage de reconnaissance. Les noirs n’ont pas à se faire accepter mais à s’imposer. Ne nous trompons pas de combat.
Les lions ne cherchent pas la reconnaissance des poules.
PAUL ELLA,
Expert Financier,
Président AFRICAN REVIVAL

No Comments

Post a Comment